Grossesse et alimentation

Grossesse et  alimentation

cover 22

 Téléchargez gratuitement ces conseils pour

Une aide précieuse pour votre santé

arrow9  arrow9arrow9

En soumettant ce formulaire, j'accepte que mes informations soient utilisées uniquement dans le cadre de ma demande et de la relation commerciale éthique et personnalisée qui peut en découler.
Vos informations sont enregistrées dans un fichier informatisé conformément à notre Politique de confidentialité.

 

S’alimenter et un acte  que nous réalisons pour nourrir notre corps, avec plus ou moins d’efficience, selon que nous sommes sensibles à notre bien-être ou pas, nous le savons tous maintenant que s’alimenter correctement de nos jours nécessite attention et convictions, cela devient un véritable acte de responsabilité  pour les futures mamans.

Tout au long de la grossesse, c’est le corps de la femme enceinte qui procure au fœtus tous les nutriments dont il a besoin pour se développer  correctement. La future maman ne pourra donner que ce qu’elle possédera, ce qui implique qu’elle s’alimente bien au cours de cette période. Si elle ne doit pas comme on le dit de façon triviale manger pour deux, les besoins énergétiques et nutritifs sont on s’en doute plus importants au cours de ces neuf mois. Les femmes enceintes qui seront attentives pendant leur grossesse contribuera  au bon développement du futur bébé et à sa bonne santé.

Si la femme enceinte prête attention à sa façon de se nourrir,  elle atténuera sensiblement les habituels problèmes de fatigues et de manque d’énergie. Elle éloignera les éventuels problèmes de santés, en conséquences elle vivra une grossesse plus agréable et évitera ainsi, les difficultés de retour à un poids normal à la fin de la grossesse.

Ce qui est formidable c’est que c’est simple, surtout si cette future maman est déjà adepte d’une nutrition naturelle et adaptée à l’humain. La majorité d’entre elles devront seulement faire quelques ajustements.

alim future maman 3

Grossesse et alimentation quelques conseils

 

Tout d’abord, ne mangez pas pour deux, même si  vous devez manger à peine un peu plus que lorsque vous n’étiez pas enceinte, en fait on considère que la ration alimentaire supplémentaire que doit prendre une femme enceinte est de l’ordre d’un peu moins de 40 % et cela est variable, selon le stade de grossesse, le besoin augmente aux fils des mois. Le signe normal est la sensation de faim, il faut donc rester à l’écoute de cette sensation.

Il est préférable de manger de façon régulière, vous évitez ainsi les « coups de fatigues » récurrents qui sont dûs aux chutes du taux de glucose (sucre) dans le sang, faites vos trois repas complets et évitez  de dépasser six à huit heures entre chaque repas. Lorsque l’on parle de sucre dans le sang on ne parle pas du tout du sucre blanc raffiné que l’on doit bannir de son alimentation, l’on parle de glucides présents dans les aliments naturels, (légumes et fruits, céréales et féculents).

Si en moyenne une femme enceinte accumule au cours de sa grossesse entre 11 et 16 kg, son attention ne doit pas porter sur ce poids, car ce n’est en aucun cas un objectif, mais plutôt sur la qualité de son alimentation et sur son équilibre nutritionnel.

Il est important de manger une nourriture de qualité, fraîche, variée et de prendre les  précautions d’hygiènes nécessaires  afin de vous prémunir contre les infections alimentaires qui sont la toxoplasmose et la listériose. Ces infections sont rares, mais leurs conséquences peuvent être sérieuses. La listériose peut provoquer la perte du fœtus ou affecter la santé de la mère et celle du nouveau-né. La toxoplasmose quant à elle est sans danger pour la future maman, mais elle peut, très exceptionnellement, nuire gravement à la santé du bébé en devenir.

 

pregnant-women-395151_1280

Que doit manger la femme enceinte ?

 

En fait, l’alimentation d’une femme enceinte, ne diffère pas de ce que devrait être une alimentation normale, Il s’agit simplement d’être plus attentif que d’habitude à sa qualité et à son équilibre.

S’il y a quatre grandes familles qui compose cette alimentation,  ce sont les  fruits et légumes qui doivent se retrouver le plus souvent dans l’assiette.

 

S’ils arrivent en tête de liste, c’est notamment parce qu’ils regorgent de nutriments essentiels, comme les minéraux et les vitamines, mais pas seulement, ils fournissent également des fibres, ils donnent de la saveur, ce qui est encore plus important au cours de cette période particulière.

Dans l’idéal et quotidiennement,  il faut privilégier les légumes vert foncé comme le brocoli, les épinards, les salades, les haricots verts et les légumes orange comme les carottes, les courges, les patates douces. Il est souhaitable de les cuire à la vapeur pour conserver un maximum de nutriments.

Les seuls jus de fruits acceptables sont ceux qui seront obtenus par pressage de fruits entiers frais et consommés dans les minutes qui suivent leurs extractions.

 

Les céréales  permettent de varier les goûts,  d’apporter des fibres qui faciliteront le transit intestinal, ainsi que l’apport de quelques minéraux. elles ne doivent pas être l’élément majoritaire d’un repas, car elles ont une forte teneur en glucide. La céréale la plus appropriée est le riz Basmati complet.  On peut également inclure dans les céréales   le quinoa. Les pâtisseries qui sont réalisées à la  maison à partir de farine de sarrasin ou de riz seront vraiment à privilégier et à consommer avec modération.

 

La viande n’est pas vraiment nécessaire, à l’exception d’un apport de la vitamine B12, qui est une vitamine essentielle pour éviter l’anémie et la dégradation du système nerveux, mais beaucoup n’en prennent pas assez pour éviter le risque potentiel de maladies cardiaques et de complications lors de la grossesse. Il conviendra pour cette seule raison de privilégier des éléments carnés  de qualité, provenant d’élevages traditionnels et « étiques », de bannir les viandes provenant d’animaux considérés comme des machines à viandes, qui ont vécu et abattu dans des conditions ignobles.

La femme enceinte ne consommera pas de charcuterie, tant pour ses apport en sels et en mauvais gras que pour des raisons sanitaires.

 

En ce qui concerne le poisson, il est conseillé d’en consommer deux fois par semaine, mais attention aux poissons  comme le thon   qui peuvent contenir des contaminants, comme du mercure qui cause des dommages au cerveau du bébé.

Leurs consommations devraient être évitées durant la grossesse et lors de l’allaitement.

Les poissons qui peuvent être consommés sans restriction sont  la truite, l’aiglefin, la sole, les sardines, l’omble, le hareng, le saumon et les anchois.

 

Les matières grasses à privilégier  sont les huiles végétales biologiques comme l’huile d’olives et de colza. Ces huiles peuvent être utilisées pour la cuisson ou en vinaigrette, mais pas pour la friture qui est d’ailleurs à éviter voire à proscrire.  Laissez dans les rayons le beurre, les margarines et les graisses de type « végétaline ».

 

Il faut éviter les produits laitiers d’origine animales, préférez les laits végétaux, riz, amandes, soja.

 

Les édulcorants et les substituts du sucre  sont très controversés et doivent donc être écartés du régime alimentaire de la future maman. Notamment l’aspartame.

Des études sérieuses, notamment une étude de 2010 qui nous vient du Danemark et qui a eu l’effet d’une bombe, la France s’est contentée de faire une simple mise en garde, alors que cette étude menée sur une population de 59 000 femmes enceintes a démontré que la consommation d’une seule boisson gazeuse édulcorée à l’aspartame par jour augmentait le risque d’accouchement avant terme de 38 %.  Ce risque augmente à  78 % si la consommation est de  quatre boissons par jour. Il n’y a pas que les boissons qui sont concernées par l’emploi d’édulcorants pour remplacer le sucre, ce sont pour la plupart des produits dit « allégés ».   Il est donc très sage pour la future maman de fuir tous ces produits.

 

 

 

 

 

2 commentaires

  • Merci , c’est toujours très intéressant et enrichissant , je suis étonnée que le ris basmati soit autorisé comme les aliments cuits . Le poisson est il indispensable ? Peut on le remplacer par autre chose ? De plus on nous parle toujours de l’acide folique à prendre avant la grossesse et pendant les premiers mois , ne trouve t on pas de l’acide folique dans d’autre aliments plus proche de la nature plutôt que ces comprimés qui doivent être chimiques ? Un grand merci pour toutes vos vidéos , c’est toujours un plaisir .
    Najett

    • Bonjour, Merci à vous pour votre intérêt, tout le monde n’est pas végétarien crudivore, alors je donne les pistes les plus intéressantes, pour les aliments qui ne peuvent pas être consommés crus. le poisson n’est pas indispensable mais il faut bien trouver une source de vitamine B12 indispensable. Soit c’est la viande, soit le poisson ou les oeufs, mais une petite quantité suffit. Je n’est pas parlé de l’acide folique ou vitamine B9 car si vous consommez régulièrement des légumes verts feuillus, des agrumes, vous aurez votre quota de ce nutriment. Voici une liste d’aliments qui vous fournirons de l’acide folique :épinards, lentilles, pois chiches, asperges, brocoli, pois, choux de Bruxelles, oranges.

      Amicalement
      Sab

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *