Les dangers d’une carence en vitamine D

RECEVEZ VOTRE LIVRE GRATUIT




Les dangers d’une carence  en Vitamine D 

 

 

Pourquoi vous parler de la vitamine D, parce que justement aujourd’hui la carence en vitamine D est bien une réalité, les statistiques officielles indiquent que le taux serait près de 80% dans notre pays, mais le plus surprenant est que votre médecin n’inclura pas spontanément cette recherche lors de sa prescription d’analyses biologiques et encore moins si vous êtes un homme, alors que cette vitamine D intervient dans le fonctionnement de plus de 200 gènes.

Compte tenu de son niveau d’implication dans le fonctionnement de l’organisme, s’il y a carence on imagine facilement qu’elle peut avoir une influence négative dans un grand nombre de pathologies, pourtant, il n’y a pour l’heure aucune sensibilisation du corps médical patenté à ce sujet. Alors que chaque jour, des chercheurs découvrent que le rôle de la vitamine D est bien plus important que nous ne l’imaginions jusqu’alors.

Savez-vous par exemple, que des récepteurs dédiés à la vitamine D sont présents dans quasiment tous les tissus de notre corps ? Leurs présences en si grands nombres et à ce niveau nous indique qu’à priori, il s’agit d’un élément important pour notre équilibre vital.

Sans doute que cette carence en vitamine D vous surprend, car nous avons tous appris que cette vitamine D est avant tout synthétisée dans l’organisme humain à partir du cholestérol sous l’action des UVB du rayonnements solaire sur notre peau.

Notre pays bénéficiant d’un excellent ensoleillement, nous ne devrions normalement pas être carencé, sauf peut-être en fin d’hiver.

L’alimentation participe, aussi, à notre approvisionnement en vitamine D, à condition de consommer des poissons gras tels que saumons, truites, sardines, foie de morue et des œufs.

Cependant, les études prouvent que l’état de carence pour une majorité d’entre nous est permanent et particulièrement pour les personnes âgées, car celles-ci synthétisent quatre fois moins la vitamine D qu’une personne de 25 ans pour la même durée d’exposition au soleil.

Le rôle de la vitamine D 

Nous savons que la vitamine D favorise l’absorption du calcium et du magnésium, qu’elle freine son élimination dans les urines, qu’elle a des effets directs sur notre mental et sur notre système immunitaire, mais la vitamine D va bien au-delà de l’absorption du calcium, elle a un impact sur tout le fonctionnement de notre métabolisme.

En favorisant l’assimilation du calcium et du magnésium, elle limite ce problème bien connue des femmes de plus de 50 ans, l’ostéoporose,  ainsi que les problèmes osseux comme les fractures, mais aussi l’influx nerveux surtout au niveau musculaire, ce qui favorise l’équilibre et évite les chutes. Elle améliore également le rendement musculaire comme la force, l’endurance et la récupération. Elle agit sur la thyroïde, sur le pancréas, sur la moelle osseuse et sur une petite glande qui se nomme hypophyse, située bien à l’abri sous notre cerveau, c’est une glande maîtresse de notre corps qui régule de nombreuses fonctions vitales.

La liste qui suit n’est pas exhaustive, mais je vous livre ici quelques résultats confirmés par la recherche qui démontrent, si vous en doutiez encore, que nous devons être vigilant sur nos apports en vitamine D et sur l’équilibre de nos réserves.

Sans doute l’un des effets les plus connus dans les pays nordiques qui manquent notoirement d’ensoleillement, il s’agit de sa fonction de neurotransmetteur dans le cerveau et dans le système nerveux, avec ses effets antidépresseurs et anti fatigue.

La vitamine D aurait aussi une action anti-tumorale, donc une protection contre le cancer.

Elle renforcerait les lymphocytes T qui ont pour rôle de nous prémunir contre les infections.

Confirmé par des données épidémiologiques, elle a aussi une action importante dans les cas de maladies auto-immunes.

Elle aurait un rôle à plusieurs niveaux dans la prévention des maladies cardiovasculaires.

Elle aurait une action sur l’insuline contribuant ainsi à prévenir le diabète, le surpoids et l’hypertension.

La vitamine D protège également de la dégénérescence de la cataracte.

La vitamine D aurait un impact positif sur la fertilité tant masculine que féminine.

Lorsque l’on prend connaissance de l’ampleur de son implication dans le fonctionnement de notre corps, nous sommes normalement enclins à rechercher la cause où les causes qui créaient notre état de carence en vitamine D.

Le pourquoi d’une carence en vitamine D

Malheureusement, dans notre société dite « moderne » elles sont nombreuses :

La première cause est basée sur mensonge au profit de l’industrie agroalimentaire.

Il s’agit des produits laitiers « ils ne sont pas nos amis pour la VIE » En effet, sans entrer dans les détails techniques, il y a bien du calcium dans le lait, mais il est en excès, de ce fait le calcium bloque la transformation de la vitamine D dans sa forme active au niveau des reins et comme vous le savez déjà, c’est la vitamine D qui assure la balance entre calcium et magnésium pour qu’ils soient assimilables par notre bel organisme. C’est donc le serpent qui se mord la queue.

Une autre cause, ce sont les crèmes solaires composées de substances étrangères chimiques qui pénètrent dans notre organisme et qui freinent la production de vitamine D.

Les pesticides, la pollution Les médicaments comme les antihypertenseurs, les antibiotiques, les antifongiques, les corticoïdes, les antiépileptiques, activent une fonction d’élimination naturelle (par l’intermédiaire des cytochromes P 450) et épuisent donc par ce biais les réserves de vitamine D

Et enfin, notre alimentation qui apporte son lot de pesticides et de polluants, mais aussi parce qu’elle est fortement carencée en oligo-éléments, en vitamines et notamment en vitamine D.

Quel doit être le niveau normal de vitamine D ?

Tout d’abord, il existe deux formes de vitamine D qui peuvent être mesurées par les laboratoires, mais celle qui nous intéresse est la « 25-hydroxy-vitamine D ou 25 OH vitamine D » ou encore calcifédiol.

Si votre médecin vous prescrit une analyse biologique du dosage de votre taux de 25 OH vitamine D, la norme en vigueur dans les laboratoires se situera entre 30 nano-gramme/ml ou 30ng/ml et 100 ng/ml.

Cependant les spécialistes anglo-saxons de la vitamine D estiment que son taux sanguin doit être supérieur à 30 ng/ml pour prévenir le cancer et les maladies immunitaires. Certains préconisent un taux optimal de 40 à 45 ng/ml. D’autres vont nettement au-delà : 40 à 60 ng/ml, voire plus.

La limite supérieure a été fixée à 100 ng/ml.

Taux souhaitable en Vitamine D

Vous voyez qu’il n’est pas facile de connaître quel est le taux souhaitable ?

Le plus sage comme toujours dans ces cas-là et de nous référer à ce que la nature nous indique.

Le taux sanguin de vitamine D d’une personne en bonne santé, qui vit la plupart du temps en extérieur varie de 40 ng/ml à 45 ng/ml. Pour dépasser ces valeurs il faut se supplémenter en vitamine D, ce qui n’a pas été prévue par la nature !

Nous pouvons donc en déduire que le taux souhaitable de vitamine D est donc de 40 à 45 ng/ml (100 à 112,5 nmol/l).

Cependant, des chercheurs, comme le Pr Michael HOLICK, conseillent de maintenir un taux de vitamine D compris entre 50 et 100 ng/ml.

Avec un taux proche de 75 ng/ml, il a été observé une diminution avérée de 50 % dans certaines pathologies comme : Certains cancers, Sclérose en plaques, Diabète de type 1, Ostéoporose, Hypertension artérielle, Grippe, Infarctus, Asthme, Hépatite C.

Pour les experts de la vitamine D son taux ne doit pas dépasser 100 ng/ ml, car il est alors toxique, mais rassurez-vous, ce taux est difficile à atteindre, sauf à se supplémenter massivement sur plusieurs mois consécutifs.

Ce que je pense que vous devez retenir

Il est important de faire mesurer son taux de vitamine D sanguin tout au long de l’année. Une mesure en fin d’été afin de vérifier si l’organisme a la capacité de synthétiser naturellement la vitamine D avec l’exposition au rayonnement solaire, mais aussi au cours des deux premiers mois de l’année pour voir si le taux est encore suffisant pour terminer l’hiver dans de bonnes conditions.

Cela évitera entre autres d’éviter les problèmes ORL, voire les infarctus qui font leur apparition dès l’instant où la réserve s’épuise pour les sujets à risque.

Un taux de vitamine D dans les normes fait partie des quelques points majeurs qui assurent le maintien d’une santé optimale. Aujourd’hui, il existe suffisamment de solutions naturelles pour corriger son taux de vitamine D, si celui-ci est déficient.

Par contre, je vous recommande à titre de précaution d’éviter certaines ampoules de vitamine D  vendue en pharmacie, car elles contiennent un édulcorant interdit dans de nombreux pays, c’est « la saccharine », ainsi qu’un excipient « le butylhydrotoluène ou (E321) », qui est un conservateur potentiellement identifié comme cancérigène. Par ailleurs, il a été constaté que leur effet est temporairement, environ trois semaines.

 

Attention également aux vitamines D de synthèse, notamment les fortes doses en ampoule, trop fortement dosée, il s’ensuit une saturation de l’organisme, une surcharge du foie par ce qui est un produit chimique que l’organisme ne reconnaît pas et qu’il va chercher à tout prix à éliminer.

Retenez qu’une carence en vitamine D sera comblée progressivement et  sur plusieurs mois.

 

Rèf :

-Etude française SU.VI.MAX(SUpplémentation en VItamines Minéraux Anti-oXydants) 
-Recherches publiées sur « Journal of Public Health » en 1992
-Le Dr Brigitte Houssin, auteure de Vitamine D, mode d'emploi

 

RECEVEZ VOTRE LIVRE GRATUIT



5 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *