Prévenir l’anémie

RECEVEZ VOTRE LIVRE GRATUIT




Prévenir l’anémie et ses conséquences

 

Savez-vous que selon les sources de l’OMS  25% de la population mondiale souffre d’anémie et que ce sont les femmes qui sont majoritairement concernées ?

 

Plus de la moitié des cas d’anémie sont attribués à une carence en fer, mais avant de voir cela, qu’est-ce que l’anémie ?

 

 

 

Qu’est-ce que l’anémie ?

L’anémie se caractérise par une diminution du taux d’hémoglobine dans le sang. L’hémoglobine c’est tout simplement une molécule contenue dans les globules rouges dont le rôle est de transporter l’oxygène dans l’ensemble du corps, lorsque la concentration de cette hémoglobine chute, la quantité d’oxygène nécessaire aux tissus diminue également.

Selon la sévérité de la forme, les symptômes seront différents, mais ceux qui vous alerteront en premier lieux sont une grosse fatigue et la survenance d’une pâleur.

 

D’accord tout cela c’est bien, mais comment se produit une anémie ?

Nous avons tous appris que le sang sert, entre autres, à transporter l’oxygène dans les moindres recoins de notre corps.

Les éléments qui permettent de transporter l’oxygène, ce sont les hématies que nous connaissons tous sous le nom de globules rouges, dans ces globules rouges, c’est l’hémoglobine qui joue un rôle essentiel dans le transport de l’oxygène, c’est aussi elle qui donne sa couleur rouge au sang.

Elle est fortement concentrée en fer, si ce fer vient à manquer, l’hémoglobine également et donc il y a moins d’oxygène dans l’organisme.

 

Les globules rouges sont fabriqués par la moelle osseuse en cinq jours et leur durée de vie est de maximum 120 jours, ce cycle de renouvellement est permanent ce qui assure l’équilibre du fonctionnement de notre bel organisme. Si pour une raison quelconque, il y a perte de sang ou si une maladie détruit les globules rouges sans que cela soit compensée, c’est alors que se produit l’anémie.

 

Retenez qu’une anémie modérée évolue très lentement, elle peut dans un premier temps ne présenter aucun symptôme, ce qui ne sera pas le cas, comme vous pouvez vous en douter, si vous effectuez un effort physique.

Dans les formes plus graves de l’anémie d’autres signes peuvent accompagner ceux cités précédemment et ils peuvent également se manifester au repos, cela peut-être, des sueurs, une soif intense, le pouls inhabituellement rapide ou faible, des vertiges, voire des pertes de connaissances.
Pour les formes très sévères, peuvent survenir une difficulté respiratoire, des douleurs au niveau de la cage thoracique et des crampes douloureuses dans les jambes lors d’efforts physiques.
Pour en avoir le cœur net vous n’aurez pas d’autres choix que de consulter un médecin qui pourra vous prescrire une simple prise de sang qui confirmera le cas échéant une anémie, il faut parfois insister… 

Les causes de l’anémie sont d’origines diverses, même si la cause la plus fréquente est une carence en fer ou et en vitamines. Il faut prendre garde à ce que ce ne soit pas la conséquence d’une hémorragie interne.

 

Prenez garde aux hémorragies internes qui causes une anémie

Nous avons vu que ce sont les femmes qui sont majoritairement concernées, l’une des causes est une perte de sang trop abondante lors de leurs règles chez certaines d’entre elles. Cela s’explique tout simplement, quand elles perdent du sang, les femmes perdent par conséquence du fer. Comme si cela ne suffisait pas pour les femmes, lorsqu’un heureux événement « pointe » le bout de son nez, au cours d’une grossesse, le fœtus pompe une bonne partie des réserves de fer, il est fréquent que les femmes enceintes ou les jeunes mamans soient en carence de fer et donc anémiées.

Ces cas renforcent l’idée que la perte de sang peut induire une anémie, si nous venons de cité des cas visibles qui pourront expliquer cette perte de fer, il y a des cas où cela ne s’explique pas avec la même évidence. Il faudra alors soupçonner une hémorragie interne récurrente et discrète comme un ulcère de l’estomac ou des lésions au niveau des intestins, du grêles, comme du colon.

Quelques signes peuvent nous alerter, à condition de regarder régulièrement l’aspect de nos selles, alors on pourra remarquer tout simplement des traces de sang, mais ce n’est pas toujours aussi flagrant, une très mauvaise odeur et une couleur noire de celles-ci pourront nous alerter.

Prenez garde à l’absence de diagnostic, l’anémie peut bien sûr continuer à évoluer et provoquer des symptômes plus gênants, mais elle peut surtout être un indice d’une maladie sous-jacente plus grave.

 

Le dosage sanguin pour vérifier l’anémie.

Pour mesurer cette quantité de fer dans le sang il faut, bien évidemment, pratiquer une prise de sang, celle-ci sera prescrite par votre médecin traitant. Je me répète, mais il faut parfois insister.

Il y a deux éléments à surveiller, le fer (sérique) et la ferritine.

Le fer sérique est le fer circulant dans l’organisme, alors que la ferritine est la réserve de fer dans l’organisme.

Lorsque le fer est bas et que la ferritine est encore normale, ce n’est pas inquiétant.

Les taux souhaitables en fer sont compris entre 60 à 180 µg/dl pour les femmes et de 70 à 190 µg/dl pour les hommes

Lorsque la ferritine commence à diminuer, c’est le signe que l’on en train de consommer nos réserves. C’est bien le moment où il va falloir s’en préoccuper.

Vous avez bien compris que le dosage de la ferritine est plus intéressant que celui du fer sérique.

Les taux souhaitables en ferritine doivent être compris entre 30 et 150 ng/ml pour les femmes et entre 60 et 300 ng/ml pour les hommes.

 

J’ai effectué des analyses biologiques, je reçois les résultats qui indiquent que mon taux de ferritine est insuffisant, je suis ou je vais être en état d’anémie, que dois-je faire ?

 

D’une manière générale, compte tenu de la diversité de l’origine de l’anémie, le traitement dépendra, assez logiquement, de la cause de l’anémie.

Cela peut-être une alimentation carencée en fer et en vitamines et notamment en vitamine C, une consommation excessive de thé qui empêchera l’assimilation du fer, la prise de certains médicaments, une prédisposition génétique connue sous le nom de la thalassémie, cela concerne majoritairement les personnes d’origines méditerranéennes ou africaines (la thalassémie). La présence de pathologies digestives qui peuvent freiner aussi l’assimilation du fer.

 

Nous pouvons tous, un jour ou l’autre, être affecté par l’anémie. Mais, certains d’entre nous doivent rester vigilants, ils doivent vérifier régulièrement leur taux de fer, pour lever le doute.

Il est incontestable que l’alimentation joue un très grand rôle, dans l’anémie.

Bien que les personnes qui consomment une nourriture majoritairement ou exclusivement transformée courent le risque entre beaucoup autres d’être carencé en fer et en vitamines, les végétariens et a fortiori, les végétaliens quant à eux doivent aussi rester vigilants, ils doivent privilégier des végétaux à fortes teneurs en fer comme les  haricots blancs et les fruits secs, notamment les abricots, mais aussi le persil et dans une moindre mesure les lentilles et les épinards (sacré Popeye !!) et sans en abuser le vin rouge (un verre par repas est la bonne dose).

On n’oubliera pas d’associer à ces végétaux pourvoyeur de fer ceux riches en vitamine C, tels que poivrons, brocoli, chou-fleur, chou frisé et de Bruxelles, fraises, papayes, ananas, mangues et kiwis.  Parce que la vitamine C joue un rôle essentiel dans l’organisme et notamment dans l’assimilation du fer.

L’âge est un facteur à ne pas négliger, lorsque l’on atteint les 80 ans, dans la majorité des cas on constate une diminution de l’assimilation du fer, si c’est le cas une supplémentation sera donc nécessaire.

En tout état de cause, retenez que si vous vous savez à risque (règles abondantes, alimentation industrielle, etc.), faites régulièrement des analyses et demandez conseil à votre naturopathe ou à votre médecin sur l’alimentation à adopter pour éviter une carence en fer. Ce suivi vous permettra d’anticiper les conséquences d’une anémie sur votre santé.

Ces médicaments qui inhibent l’Absorption du fer

Anti-cholestérol en général: cholestyramine, colestipol.

Traitement des ulcères et problèmes d’estomac : les médicaments contenant la cimétidine, la famotidine, ranitidine et nizatidine.

Certains suppléments alimentaires :protéines de soja, calcium, zinc.



Sources et citations

http://womenshealth.gov/publications/our-publications/fact-sheet/anemia.html

http://www.webmd.com/diet/tips-for-preventing-anemia

http://abcnews.go.com/Health/Wellness/12-foods-vitamin-oranges/story?id=20729780

 

RECEVEZ VOTRE LIVRE GRATUIT



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *