6 ème Contrevérité Toutes les huiles végétales sont bonnes

RECEVEZ VOTRE LIVRE GRATUIT




[crealist]

 

 

Un tiers  de notre alimentation doit être composée de matières grasses, elles participent au bon fonctionnement de notre organisme.

Depuis quelques années, nous voyons passer des messages qui vantent les mérites des huiles végétales, des spots publicitaires font la promotion de quelques huiles et parfois  de  leurs assemblages.

Si la plupart des huiles végétales sont bonnes pour notre santé et pour certaines indispensables, d’autre sont à consommer avec parcimonie.  Vous pouvez voir ou revoir un article complémentaire sur ce sujet en cliquant ici.

Les huiles végétales riches en acides gras polyinsaturés sont plébiscitées, car bonnes pour la santé parce qu’elles atténueraient le risque cardiaque.

Mais ce n’est pas tout à fait vrai, car tous les acides gras polyinsaturés n’ont pas tous les mêmes propriétés.

Par exemple, les oméga-6 ont un effet pervers sur les artères, ils sont inflammatoires, alors que les oméga-3 sont à l’inverse anti-inflammatoires, donc bons pour les artères.

Ces acides gras oméga-6 et oméga-3  sont des acides gras essentielles et sont ainsi nommés  car ils ne peuvent être synthétisés par notre organisme et doivent donc être fournis tel-quel par l’alimentation.

Les deux doivent donc impérativement être consommés, mais pas dans la même proportion, le rapport est de 5 pour 1 c’est-à-dire 5  pour les oméga-6  et 1  pour oméga 3.

Au lieu de cela, dans  notre alimentation moderne on constate un rapport de 20 jusqu’à 30 pour 1 en faveur des oméga-6 c’est-à-dire  un rapport 4 à 6 fois supérieur.

Cela s’explique par l’omniprésence  des huiles de tournesol et de maïs source d’oméga-6, dans les plat cuisinés et les rayons des supermarchés et de l’offre  souvent pauvre en oméga-3 qui quant à eux sont présents dans huile de lin, huile de noix et de colza et d’huiles de poisson. Ce déséquilibre alimentaire est en partie responsable de l’augmentation des maladies cardiaques.

Il est donc important d’améliorer ce ratio en faveur des oméga-3, en privilégiant la consommation d’huile de lin, de colza, de noix et de poissons gras.

Vous veillerez  à  acheter et à conserver ces huiles  dans des contenants opaques et hermétiques, car ils s’oxydent très facilement  à la lumière, au contact de l’air et de la chaleur. Ils se transforment alors en éléments toxiques qui seront délétères pour la santé.

Le lieu de stockage optimal sera un endroit frais et obscur. Vous préférerez les conditionnements de petites tailles, afin de les consommer rapidement dans les meilleures conditions.  Il est conseillé de conserver l’huile de lin au réfrigérateur et de ne surtout pas l’utiliser pour la cuisson.

 

 

RECEVEZ VOTRE LIVRE GRATUIT



2 commentaires

  • Merci beaucoup pour vos conseils très importants et qui me donnent des idées claires a partager autour de moi.Sachant que l’ignorance est une maladie très grave je dois apprendre a connaitre pour mieux aider les autres a se prémunir contre les maladies causées par la mauvaise alimentation

    • Bonjour Gabriel,

      Merci pour votre intérêt, et pour votre prise de conscience, vous servez ainsi l’intérêt de tous. Plus nous seront nombreux et mieux l’humanité ira.
      Amicalement

      Sab

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *